Comédien, journaliste et metteur en scène, Nicolas Arnstam cumule les professions. Depuis 1990, il anime des ateliers de théâtre et d’improvisation pour toutes les tranches d’âge et intervient dans certains établissements scolaires dans la ville de Rueil-Malmaison. Il a écrit une trentaine d’adaptations et mis en scène une centaine de spectacles. Nicolas Arnstam a un intérêt particulier pour les problèmes de notre époque et se sert beaucoup de l’actualité pour nourrir ses écrits. En parallèle, il est chroniqueur de théâtre pour le site culturel Froggy’s delight. Tom, porté par le vent est son premier livre de littérature jeunesse mais on retrouve dans ce récit toute l’expérience accumulée au contact des plus jeunes ainsi qu’un certain talent et goût pour l’écriture qui laisse présager de nombreuses autres histoires.

Tom, une dizaine d'années, lassé des cris perpétuels de ses parents se déchirant soir après soir, décide de partir voir la mer. En chemin, il traverse différents paysages, y rencontrant des personnages clés qui le guideront et l'ouvriront au monde... Le monde vu par les yeux d'un enfant qui découvre la beauté de la nature mais aussi les maux contemporains.

Aux confins de plusieurs genres, Tom, porté par le vent se veut une fable moderne qui parle des autres et de soi, de notre place dans le monde. L'histoire de Tom est à la fois un parcours d'apprentissage et une quête sur son propre chemin pour trouver la paix intérieure.

Tom, porté par le vent est composé de trois parties distinctes, pouvant être lues indépendamment ou reliées les unes aux autres. La première partie (Le voyage) est la présentation des principaux personnages, la partie d'« exposition » du conte, qui va explorer d'autres thèmes dans les volets suivants, chaque partie servant de révélateur aux deux autres et complétant l'histoire de Tom, de l'enfance à l'âge adulte.

 

L’ayant déjà rencontré plusieurs fois lors de matchs d’improvisation théâtrale, j’ai pu lui parler directement par téléphone à plusieurs reprises et nous avons échangé plusieurs mails pour compléter ces réponses.

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ? Quel parcours vous a amené à écrire pour les enfants ?

J’ai une formation de comédien et depuis 20 ans j’enseigne le théâtre et l’improvisation pour des centres culturels, théâtres, établissements scolaires (écoles élémentaires, collèges, lycées, lycées professionnels…) à un public d’enfants, d’adolescents et d’adultes. J’ai écrit de nombreuses adaptations de livres ou de films pour mes élèves et je cherchai un texte qui puisse les motiver et en même temps parler de sujets qu’il me paraissait utile d’aborder.

Dès le départ vous avez écrit ce livre pour en faire une pièce de théâtre. A-t-il été simple de passer du rôle d’écrivain à celui de metteur en scène? Et le public a-t-il été au rendez-vous ?

Je ne devais pas faire la mise en scène de la version professionnelle de la pièce mais le metteur en scène prévu étant mort peu avant les répétitions, et la date du Festival d’Avignon approchant, j’ai finalement décidé de la faire, ayant déjà créé une version junior de la pièce avec mes élèves. Le public n’a pas été à la hauteur de ce que nous attendions à Avignon car nous avons été noyés au milieu de 1200 spectacles mais les retours ont été très chaleureux et enthousiasmants.

Y a-t-il quelques éléments autobiographiques à travers le personnage de Tom, traduit-il des pensées que vous avez eu étant jeune?

Oui, j’ai comme lui toujours eu soif de rencontres, je me suis intéressé aux gens et ce sont eux qui m’ont nourri psychologiquement. Les pensées que j’ai eu jeune (mais après aussi) concernant le regard que j’ai sur les paysages et les êtres sont sans doute les mêmes. Jeune, je pense que j’étais proche aussi du personnage de Laura, qui a du mal à s’exprimer et le fait à travers l’écriture.

On peut noter beaucoup de métaphores sur les difficultés de la vie, la nécessité de profiter du temps présent, quel message cherchez-vous à transmettre aux enfants à travers ce conte initiatique ?

Un message d’espoir bien-sûr ! Je veux leur dire qu’il faut aller au devant de l’autre pour se connaitre soi-même et que le monde est vaste, qu’il y a toujours des endroits à voir, des gens à rencontrer et que la vie, aussi dure soit-elle, est infiniment belle.

Dans ces quelques quarante pages, vous évoquez plusieurs thèmes tels que la banlieue, la notion de développement durable, l’opposition entre la ville et la campagne, était-ce une volonté de votre part d’ancrer votre récit dans la société actuelle? Plus précisément, avez-vous établi un schéma d’écriture avant de commencer votre récit ?

Absolument, je voulais parler de thèmes actuels. Il y a des thèmes que je voulais traiter comme l’intergénérationnalité, l’écologie, la violence du monde urbain : sa dureté et son chômage avec ce que ça entraîne de laissés-pour-compte. Dans la seconde partie, j’irai encore plus loin avec les sans-papiers ou la maladie d’Alzheimer notamment. Sinon, je n’ai pas établi de schéma d’écriture proprement dit mais je savais où je voulais aller.

Tom porté par le vent est une trilogie. Cette première partie s’appelle « le voyage », et on quitte Tom qui part retrouver Laura après avoir enfin vu la mer. Avez-vous déjà écrit la suite? Pourriez-vous nous raconter brièvement ce qu’il se passe ?

La deuxième partie : « Les liens » (qui doit sortir au printemps) est quasiment achevée. Tom a compris que son bien le plus précieux ce sont ces gens qui sont sa famille d’adoption, il veut retourner les voir pour les retrouver et les réunir. Mais tout ne se passera pas comme prévu… Quant à la troisième partie, elle se déroulera des années plus tard quand Tom, devenu adulte, fera un bilan de sa vie et essayera de gagner la dernière chose précieuse qu’il lui reste à conquérir.

Avez-vous établi des collaborations avec des établissements scolaires que ce soit pour la lecture du livre ou la mise en scène au théâtre ?

Le livre a été choisi par de nombreux établissements scolaires pour être lu et étudié en classe, oui.

Est-ce que certains auteurs vous ont inspiré pour écrire ce livre ? Qu’éprouvez-vous quand vous écrivez? Entrez-vous dans un autre univers?

Toutes mes lectures m’ont inspiré mais si je ne devais en citer qu’une ce serait évidemment Le Petit Prince de Saint Exupéry. On peut dire que Tom est une sorte de petit prince moderne (même si je n’ai pas la prétention d’arriver à la cheville de Saint Exupéry !)

J’aime quand j’écris n’avoir aucune limite et pouvoir réinventer le présent. C’est pourquoi j’utilise une langue souvent poétique.

Est-ce facile pour vous d'écrire?

C’est vraiment très variable. Le plus difficile c’est de s’y mettre. Une fois lancé, je peux écrire des heures d’affilées sans problème mais le lieu où j’écris est très important. Tom a été écrit en grande partie dans un immense jardin dans le midi de la France avec le chant des oiseaux.

Et pour finir, avez-vous déjà reçu une récompense pour l’un de vos ouvrages ?

Pas encore car je débute mais Tom, porté par le vent (1-Le voyage) a fait partie cette année des ouvrages sélectionnés pour le « Grand prix de littérature dramatique des collégiens ». J’ai, sinon, remporté le Prix du Public de « L’Amour d’écrire en direct » l’an dernier, un challenge d’écriture en direct et en public dans un théâtre parisien où les auteurs ont sept minutes pour écrire avec des contraintes diverses.


(à droite, Nicolas Arnstam)

Yoann Pinheiro (Master1 PE - Université Versailles-St-Quentin)

Fantasia à l'Université