L'homme à la voiture bleue

de Sébastien Gendron

Syros jeunesse – collection Rat noir - 2014

coeur mini mini

Le père et la belle-mère d'Antoine habitent une résidence sécurisée où personne ne se parle jamais. Présent de manière ponctuelle, Antoine ne s'en rend pas vraiment compte, jusqu'au jour où son demi-frère admiré, Victor, dix-sept ans et un look très personnel, est accusé d'avoir battu un homme rentré dans la résidence. L'ensemble des voisins désigne Victor, si bien que même la mère de ce dernier finit par croire en la culpabilité de son fils. Seul Antoine va mener l'enquête, à ses risques et périls bien sûr.

J'ai d'abord eu du mal à situer le narrateur Antoine : quinze ans mais très mature, physique apparemment d'enfant, osant avouer sa peine et embrasser son père sans gêne... En fait, Antoine trace sa route sans se soucier des autres et c'est ce qui lui permettra d'affirmer haut et fort l'innocence de Victor. Il fera des folies : voler une pièce du dossier à la police, espionner le gardien dans sa guérite... mais, on s'en doute, il parviendra à ses fins.

Il est impossible au lecteur de deviner l'entière vérité avant qu'elle ne soit avouée, et pourtant le suspense opère sans même trop de fausses pistes. Ecrit de manière directe, plutôt resserrée, le roman passionne, mettant en cause au passage toutes les « honnêtes gens » de la résidence. Où est le bien, le mal ? Même le coupable ne l'est pas vraiment. Où est la prison, réelle ou mentale ? Sébastien Gendron va bien plus loin qu'un simple roman policier et invite à repenser, vaste programme, toute l'illusion des apparences de nos sociétés. J'ai beaucoup aimé.

IMG_9039