Max le terrible

de Ed Vere

adaptation française d'Emmanuelle Pingault

Milan – 2014

Max est un chaton tout mignon. Euh non, pardon, tout terrible. D'ailleurs, il chasse les souris, enfin, il aimerait parce qu'il ne sait pas trop à quoi elles ressemblent. Mouche, poisson rouge, oiseau, éléphant rose, etc : personne n'est capable de le renseigner jusqu'à ce qu'il tombe sur une souris énorme, verte, poilue, avec des grandes dents. Un monstre, quoi. Max essaie de réveiller sa proie profondément endormie. Finissant par se rendre compte du danger, il décide de se consacrer à la chasse au... monstre. Mais encore faudrait-il savoir les reconnaître !

On dirait le Bludzee de Lewis Trondheim : grosse tête noire, grands yeux énamourés, et surtout inébranlable confiance en soi. Max l'innocent ne doute de rien, ce sont les autres qui se méfient (à tort, donc) de lui : il faut voir les oiseaux descendre illico de l'arbre tandis qu'il les rejoint pour les interroger. Sur des pages aux fonds très colorés et avec quelques rares effets de décor, tout se concentre autour de l'attente, de l'espoir du petit héros. Evidemment, la dernière partie se révèle pleine d'humour (Max avalé, recraché) et la fin encore plus malicieuse ! Un album adorable pour petits lecteurs joueurs...

IMG_9024

IMG_9025

IMG_9026