Le garçon de l'intérieur

de Benoît Séverac

Syros jeunesse – collection Rat noir – 2013

Un après son accident qui l'a laissé sourd, Jules passe des vacances avec ses parents et sa sœur Jeanne en Alsace, dans un gîte tenu par des viticulteurs. Leur fils est également malentendant, et Jules devient l'ami de Rémi. Ensemble, ils travaillent dans les vignes, tandis que la jolie Camille (la sœur de Rémi) révise son concours d'infirmière en snobant Jules.

Très vite, l'ambiance est perturbée : on a abattu de nombreux pieds de vigne sur une des parcelles, mettant en danger l'équilibre économique de la plantation familiale. Puis, un homme, inconnu au village, est retrouvé mort suite à ce qui ressemble à un accident de voiture. Curieux, Jules et Rémi veulent en savoir plus. Le petit « Français de l'intérieur » ne se doute pas qu'il va remuer de sombres épisodes du passé...

Nous retrouvons l'écriture un peu sèche de Benoît Séverac qui, tout en restant sur une sorte de réserve avec un narrateur externe, l'emploi du présent, transforme les faits en sensibilité. D'une part, il y a la surdité de Jules ; il la vit encore mal, ses parents ne signent pas très bien, et il se trouve en porte-à-faux avec Rémi, sourd de naissance qui voudrait l'opposer à ceux qui entendent. Cette question traverse le roman, avec en filigrane l'alcoolisme précoce de Rémi. On devine, grâce à l'amour que Camille lui porte, que Jules va vers l'apaisement, l'acceptation de son handicap sans stigmatisation. A cet égard, le livre fait preuve d'une subtilité certaine, jamais didactique ou moralisant.

D'autre part, le lecteur s'empare de cette enquête policière rurale, remontant classiquement à la Seconde Guerre Mondiale. Elle est sordide, comme on l'imagine de cette époque troublée, et rend compte de la situation particulière de ce territoire coincé entre la France et l'Allemagne. Après, on y retrouve aussi beaucoup des non-dits liés à n'importe quelle petite communauté repliée sur elle-même. J'ai aimé la résolution en deux temps, Jules repartant à Toulouse sans savoir qui a coupé les vignes, même s'il se doute du pourquoi.

Dans la même veine réaliste que Silence, Le garçon de l'intérieur est un roman policier construit et écrit habilement (voir par exemples les nombreux dialogues de Jules et Rémi, que l'on n'identifie jamais comme étant signés), et sachant combiner avec naturel deux thématiques a priori étrangères, le handicap et l'Histoire. Fantasia prédit de nouvelles aventures à ce jeune héros créé sur mesure par Benoît Séverac, et nous les suivrons ! A partir de 13 ans.

IMG_8465