L’apprenti pilleur de tombes

Auteur : Allan Stratton

Traduction : Sidonie Van den Dries

Bayard jeunesse - collection Estampille – 2013

Moïse n’est pas le seul à avoir été trouvé sur la rive d’un cours d’eau, c’est également le cas de Hans, découvert il y a fort longtemps par Gaspard le pilleur de tombes. Ce père adoptif malgré lui commence à vieillir et veut que son fils prenne la relève dans son métier. Malheureusement pour lui, Hans ne l’entend pas de cette oreille, il est dégoûté à cette idée, d’ailleurs, autre chose lui tient à cœur : découvrir sa véritable identité et ses véritables parents. C’est ce qu’il va tenter de faire, aidé par la jeune comtesse Angela de Schwanenberg qu’il rencontre alors qu’elle tente d’éviter un mariage forcé avec l’affreux archiduc Arnulf, le Barberousse du pays. Après avoir tenté de s’y soustraire en prenant le breuvage du nécromancien, elle est en effet obligée de fuir pour ne pas être emprisonnée comme ses parents dans une maison de fous.

Alors que rien ne les destinent à se rencontrer, l’adolescent insignifiant et la petite comtesse vont parcourir ensemble toutes ces épreuves, aussi effrayantes et angoissantes les unes que les autres. Poursuivis par des monstres, les enfants, et particulièrement Angela, vont devoir passer outre les clivages sociaux afin de survivre, délivrer les parents de la comtesse et dévoiler au grand jour les mauvaises intentions de l’archiduc pour son royaume.

Le roman d’Allan Stratton tient à la fois du conte et du roman d’apprentissage. Châteaux, potions magiques, nécromancien, charançons et morts, tout l’attirail du conte allégorique est là, jusqu’à la fin heureuse, toujours choisie par la petite comtesse lorsqu’elle fait ses spectacles de marionnettes. Le cheminement des deux jeunes adolescents, leur quête d’identité et d’émancipation, thèmes universels et fondamentaux en fait également un roman d’apprentissage idéal et édifiant pour les jeunes de 10-12 ans. Avec un style simple, une histoire captivante, des personnages mythiques et facilement reconnaissables, l’auteur permet aux enfants de comprendre la distinction entre le bien et le mal. Il les incite à réfléchir aux questions existentielles que se posent tous les enfants de leur âge, tout en leur donnant des pistes pour y répondre.

Dramaturge et romancier,  le québécois Allan Stratton n’en est pas à son coup d’essai avec L’apprenti pilleur de tombes. En effet, son premier ouvrage, intitulé lors de la parution française Le secret de Chanda, a reçu vingt-et-un prix et a également été adapté au cinéma par Olivier Schmitz. Le deuxième tome de cette série a été quant à lui primé par l’association des bibliothécaires canadiens. Voici donc un troisième ouvrage dans la même lignée que les précédents : vif, élancé, frais et effrayant à la fois, bien qu’on puisse lui reprocher de faire appel à un nombre de stéréotypes, monstres et personnages patibulaires trop important et d’être de temps à autre trop prévisible. En résumé, voici une belle lecture pour nos enfants, qui se plongeront sans soucis dans cet univers passionnant rempli de mystères.

Domitille Carlier (Licence pro Métiers de l'édition Paris V)

stratton