Apprendre à ronronner

de Coline Pierré

illustrations de José Parrondo

Ecole des Loisirs – collection Mouche – 2013

Avec un papa pâtissier à la maison et une maman sociologue, le petit Albin a une façon singulière de voir le monde, faite d'observation et d'intérêt altruiste. Mais en cette rentrée où il découvre sa nouvelle école à la campagne, il est un peu perturbé, et surtout solitaire. Seule Léane, la gentille quoique triste (elle a perdu sa maman) Léane lui parle. Presque en même temps, ses parents offrent à Albin un chaton, qu'il appelle Panda. Panda ronronne, et cela apaise Albin. Le garçonnet décide donc d'apprendre à ronronner, afin de réconforter Léane comme Panda le fait pour lui.

Il y a des passages très amusants, où le narrateur Albin mange des croquettes au saumon, gratte dans sa litière et cherche à se lécher les pieds pour se nettoyer. Il y a aussi des passages très émouvants, avec ce petit bonhomme sensible, le cœur sur la main, qui tente méthodiquement (recherches à la bibliothèque, sur Internet...) d'acquérir une compétence que le mignon Panda ne lui offrira pas. Ses parents, absolument impeccables, le laissent mener son expérience jusqu'au bout.

La fin – Albin, qui ne parvient pas à exprimer sa tendresse pour Léane, va lui écrire – est peut-être un peu rapide, ou abrupte. Elle est aussi ouverte, et laisse toute son importance au déroulement de l'histoire elle-même, petit laboratoire des émotions grandeur nature. Parfois, nous n'avons pas de mots, et force est de constater que les animaux se montrent alors supérieurs à nous dans leur communication. Bon, c'est pas tout ça, Fantasia m'attend pour ma première leçon de ronron.

IMG_8397