Bas les pattes, Zac !

De Alison Murray

traduit de l'anglais par Yann Walcker

Hatier jeunesse - 2013

Du matin au soir, nous suivons un petit garçon, Arthur, et son chien Zac – enfin, pour Zac, ce n'était pas prévu. Réveillé à sept heures, Arthur se prépare afin d'aller à l'école. Zac, tout déçu de devoir rester à la maison, s'arrange pour faire un trou dans la barrière et suivre son jeune maître. Une fois arrivé à l'établissement, on imagine que les adultes (absents de l'album) n'ont pas le cœur de renvoyer ce gentil chien et il va donc accompagner la classe d'Arthur dans ses activités, pour le moins salissantes. Il est dix-sept heures, et au terme d'une dure mais heureuse journée, c'est donc couvert de peinture, de yaourt, et de feuilles mortes que Zac rentre à la maison pour un bon nettoyage ! On est bien fatigués : à vingt heures, tout le monde se met au lit...

Avec une horloge à aiguilles (et sans chiffres, dommage) qui traîne dans chaque illustration, l'objectif de l'album est d'initier l'enfant à la lecture de l'heure. Mais en prenant comme prétexte le déroulement d'une journée scolaire, il introduit également à ce monde extérieur, tout neuf et dans lequel on doit apprendre l'autonomie. Autant dire que la présence de Zac, outre sa note d'humour, apporte un certain réconfort à Arthur ! Ceci dit, le petit élève modèle est la preuve vivante qu'on peut être content de se lever (à sept heures) le matin pour aller s'instruire et garder le sourire. Evidemment, le style un peu rétro d'Alison Murray, qu'on commence à connaître avec ses personnages mis au premier plan et ses décors comme simplement signifiés, convient à merveille à un si sage album. Pour bien démarrer la rentrée !

IMG_8274

IMG_8275

IMG_8276

IMG_8277