La mort préfère Ava

de Maïté Bernard

Syros jeunesse – 2013

C'est le troisième tome des aventures d'Ava d'Avezac, Française de bientôt seize ans, et future consolatrice des fantômes des îles anglo-normandes. Comptant sur la disponibilité de son oncle, elle a prévu de se rendre à Guernesey avec Cecilia Watson, sa formatrice, afin de faire le tour des fantômes de l'île, et d'en consoler le plus possible. Mais tout ne va pas se dérouler aussi gentiment que les autres années – nonobstant la précédente tentative d'assassinat sur Ava par une centaine de spectres rebelles. D'une part, la jeune fille se déconcerte elle-même, perdant sa réserve habituelle face à des hormones un peu folles qui lui font dire tout et n'importe quoi. Harald le Viking en rit encore, tandis que les fantômes réjouis font des pronostics sur son petit ami officiel. D'autre part, Cecilia, jusqu'ici d'une discrétion exaspérante pour son élève, se voit le témoin d'une enquête à propos de lettres anonymes vieilles de quarante ans. Ava rencontre d'autres consolateurs (enfin !) et découvre que Cecilia est une pointure dans son domaine.

Une série, c'est toujours délicat, on craint le ressassement, le piétinement. Avec aisance et maîtrise, Maïté Bernard évite l'écueil dans ce troisième tome particulièrement savoureux. Nous retrouvons une Ava vieillie d'un an, en pleine puberté, et très embêtée – pour notre plus grand plaisir, admettons-le ! Entendre cette jeune fille policée déclarer à un garçon tout aussi timide qu'il est beau et que cela la perturbe fait partie des grands moments du roman. L'usage pince-sans-rire du discours indirect libre, qui se glisse insensiblement dans la tête d'un personnage puis l'autre, génère un constant humour subtil, au fond très anglais. Et c'est sur cette trame de délicates amourettes adolescentes que l'héroïne prend enfin la mesure de son futur métier. Sera-t-elle payée ? Aura-t-elle une retraite ? Une vie de famille ? Cecila semble bien avoir sacrifié son existence à la cause... et nous en découvrirons ici la tragique explication.

Ce tome étonnant, qui s'adresse à un public un peu plus âgé (à partir de 12/13 ans) répond donc enfin à quantité de questions, et réinvente son héroïne avec drolerie. Au sein du cadre grandiose de la maison de Victor Hugo (on se balade pas mal avec Ava qui joue aussi la touriste), la consolatrice en herbe va se retrouver jetée dans une situation invraisemblable, prélude à d'autres révélations. Retenez votre souffle ! Fait rare à ce stade de lecture, j'ai déjà une furieuse envie du roman suivant !

coup de coeur

IMG_8325