A comme Aujourd'hui

de David Levithan

traduit de l'américain par Simon Baril

Editions des Grandes Personnes - 2013

Chaque matin, A – ainsi s'est-il baptisé – se réveille dans un corps différent, d'un âge pour le moment adolescent. Le temps d'une vingtaine d'heures, il s'habitue à son hôte surprise, suit scrupuleusement son emploi du temps et ses contraintes, car A s'est forgé une éthique, qui consiste à bouleverser le moins possible les existences qu'il emprunte. Et puis il rencontre Rhiannon, une jeune fille un peu triste, un peu résignée, et il tombe amoureux pour la première fois. En tant que son petit ami goujat, il peut s'approcher au plus près de ses sentiments. Et bientôt, quelques vies plus tard, il ose lui confier sa réalité impalpable. Elle le croit, apprend au fil de ses corps à l'apprécier, mais ne leur envisage pas d'avenir. Parallèlement, A distrait oublie quelques précautions et laisse des traces de son passage en Nathan, brave garçon qui va se croire possédé par le diable et remuer les médias. A pourra-t-il, voudra-t-il toujours se cacher ?

Ecrit très simplement au présent, avec des chapitres courts qui suivent les journées du narrateur A, avec des événements décrits factuellement et des émotions qui n'osent pas s'exprimer, A comme Aujourd'hui est un roman à la résonance désenchantée, aux enjeux extraordinaires racontés de manière commune. A symbolise rapidement une sorte de quintessence de l'espèce humaine, dont il est à la fois observateur et partie prenante.

Le long défilé de ses hôtes pourrait lasser – Rhiannon et Nathan n'apparaissent pas toujours -, mais ils représentent tant de différences, tant de variété et globalement tant de souffrance parmi ces jeunes Américains que le récit en devient fascinant. Entre la dépressive, l'étouffé par sa famille, l'obèse, l'aveugle, A multiplie les expériences et ressemble à un vieux sage. Il y a des jours paisibles toutefois, avec ces adolescents pas forcément banals, mais qui ne se posent pas (trop) de questions. C'était le cas de Nathan, avant que A, pour revoir Rhiannon, ne le fasse dévier de son droit chemin...

Même si A va passer un jour dans le corps de celle qu'il aime et donc savoir ce qu'elle pense, Rhiannon reste un personnage difficile à appréhender, attachée à un garçon qui la méprise, rarement enthousiaste, plutôt attentiste. On ne comprend pas bien pourquoi A s'attache à elle, et cette étrangeté conduit à s'interroger sur ce qui fait que nous agissons, réagissons de telle façon et pas d'une autre. Le miracle de l'amour, une alchimie particulière... Et les jours continuent de s'égrèner dans un mouvement continu aux infimes variations.

Comment cette étrange balade ontologique finira-t-elle ? A est une âme immortelle, et les éléments de l'infernal puzzle ne peuvent se recomposer qu'abruptement, imparfaitement, entre mouvements du cœur, tension vers l'avenir et déception latente. C'est-à-dire, au fond, avec humanité et modernité, cette ère des choix... Un roman sur la recherche de soi brillamment perturbant, à lire dès 15/16 ans.

IMG_8245