Proie idéale

de Charlotte Bousquet

Rageot – collection Thriller – 2013

Camille et Ljuba s'inquiètent désespérément pour leur amie Morgane, disparue depuis quelques jours de leur foyer pour adolescents. Face à l'inertie de la police qui soupçonne la fugue, les deux filles décident d'enquêter par leurs propres moyens. Elles remontent la seule piste dont elles disposent : Morgane avait rendez-vous avec un photographe de mode qui lui aurait promis la célébrité... De fil en aiguille, se mettant en danger et s'attirant les foudres des éducateurs du foyer, elles mettent à jour un trafic de prostituées dirigé depuis les pays de l'Est.

Une fois encore, Charlotte Bousquet arrive là où on ne l'attend pas, dans le roman contemporain hyper-réaliste. D'emblée, le lecteur sait que le fond de l'histoire sera rude, sordide, mais il ne devine pas à quel point et à quelle rapidité. Très cohérente avec sa thématique, l'auteure nous refuse globalement toute espérance finale dans le genre humain – et ce malgré l'ouverture (un peu surprenante) offerte aux deux héroïnes. On arrête une tête d'un réseau clandestin, mais la pieuvre renaît ailleurs, toujours prompte à s'alimenter de la pauvreté ou de la fragilité de jeunes femmes sans défense.

Un narrateur externe suit en alternance les pensées de l'énergique Ljuba, Rom au passé douloureux qui exècre la France et les Français, et des flashs autour de Morgane, proie naïve, presque anonyme, toutefois décidée à ne pas se laisser faire. L'impulsive et meurtrie Camille, amoureuse de Morgane, reste un peu en retrait non pas de l'action, mais de cette narration à deux niveaux. Le rythme est tendu, urgent, rendu avec le curieux sang-froid qui caractérise l'écriture de l'auteure. L'intrigue se déroule alors sans à-coups ni (trop de) fausses pistes vers son effroyable résolution.

De l'immigration, des mafias, des dangers d'Internet, du miroir aux alouettes du monde de la mode, c'est de tout cela et bien plus encore, de la sensible adolescence qui a besoin de repères et d'affection, dont nous parle avec une lucide crudité une Charlotte Bousquet toujours aussi concernée et engagée. J'ai particulièrement aimé le beau portrait nuancé de Ljuba, victime de violence légale, prête à basculer à son tour dans les excès de ceux qui lui ont fait du mal...

ProieIdeale