Graffiti Moon

De Cath Crowley

Traduit de l’américain (Australie) par Valérie Le Plouhinec

Albin Michel jeunesse – collection Wiz – 2013 

Lucy aime souffler le verre dans le vieil atelier d’Al. Lucy aime que ses parents soient un peu artistes – même si elle a très peur qu’ils ne divorcent. Lucy aime les murs peints et écrits par un graffeur inconnu, surnommé l’Ombre. Lucy veut trouver l’Ombre, et l’aimer aussi…

Le roman se déroule sur une nuit, destinée au départ à fêter la fin du lycée pour les protagonistes. Lucy et ses amies Jazz et Daisy sont décidées à s’offrir un peu d’aventure, et cela pourrait bien commencer avec un groupe de garçons rencontrés dans un bar. Il s’agit de Dylan, le (encore) petit ami de Daisy, de Léo, qui adore écrire des poèmes, et d’Ed, peintre un peu tourmenté.

L’Ombre et son complice le Poète, ce sont Ed et Léo, mais aucune des filles ne le sait et n’a à le savoir, d’autant plus qu’ils s’apprêtent, avec Dylan, à cambrioler la salle informatique du lycée. La nuit est toutefois longue, et lorsque Lucy propose au groupe de partir à la recherche du graffeur qui l’obsède, aucun des jeunes hommes ne l’en empêche… Ed apprendra que la nuit supporte mal le mensonge.

Il y a un véritable plaisir de lecture à connaître dès le départ davantage d’éléments que la délicate et fantasque Lucy. Pas ordinaire, d’une naïveté plus que touchante, la jeune fille a autrefois cassé le nez d’Ed lors d’un rendez-vous. Quoique toujours un peu attirée par lui, Lucy va maintenant lui expliquer longuement ce que les peintures de l’Ombre provoquent en elle, des émotions artistiques très personnelles qui touchent pourtant juste dans le cœur d’Ed. Tout en retenue, complexé de ses difficultés à briller scolairement, ce dernier ne se livre évidemment pas mais en a très envie ; il se contente jusqu’aux dernières pages d’écouter, de découvrir une jolie Lucy et de réfléchir à ce qu’il fait de sa propre vie.

Le chassé-croisé amoureux roule de manière à la fois sublime et irritante, on brûle de voir le petit couple enfin se reconnaître tant il nous semble évident qu’ils sont faits l’un pour l’autre ! Les voix de Lucy et d’Ed alternent, leurs émotions s’explorent, se répondent gracieusement d’un chapitre à l’autre pour des scènes souvent rejouées. Chacun a ses fêlures, ses inquiétudes et n’ose pas les exposer à l’autre. Dans une écriture fluide, ponctuée de quelques textes du Poète, la sensibilité du roman est telle que le malentendu menace constamment et que l’essentiel reste invisible pour les yeux des personnages, n’est-ce pas…

C’est l’insouciance de l’adolescence, c’est l’amour un peu fou, c’est l’évidence légère de belles personnes qui se trouvent enfin. Une nuit d’intenses petites tempêtes sentimentales à découvrir !

IMG_7479