Matachamoua

de Céline Sorin et Célia Chauffrey

Pastel - 2012

Cet album tout en douceur et légèreté raconte l’histoire de Belem, un petit ours pas comme les autres, vivant en ville, dans une sorte de Paris qui aurait poussé au cœur d’un paysage japonais. Les toits y sont de zinc et autour des immeubles, des arbres aux feuilles roses détachent leurs fleurs délicates sur le blanc limpide des pages.

Dans le monde de Belem, les animaux ressemblent à des êtres humains. Mais ils n’ont pas d’habit, seulement des chaussures et parfois une écharpe ou un bonnet. Leur énigmatique pelage ras est orné de disques de montres graduées avec un numéro au centre. Chez les ours, c’est 54 disques, 54 tâches, qu'il faut avoir pour être comme les autres. Belem ne les a pas. Il lui en manque une. Ce qui n’est pas bien grave, car son papa et sa maman l’adorent, il va à l’école et puis le monde qui l’entoure lui apporte tout ce dont il a besoin.

Voici un livre émouvant sur la différence. Il traite ce délicat sujet avec beaucoup de retenue. Les personnages respirent l’humanité : lorsqu’ils sont ouverts, leurs yeux démesurés échangent des fleuves d’amour et lorsqu’ils sont clos, c’est comme une brise de tendresse qui passe. On s’amusera des arbres qui poussent en forme de cœur, de cet énorme ventre de maman enceinte ou de reconnaître le hérisson du lion et le lièvre du lapin dans la cour de récréation. Les grandes sœurs, les voisins ou les maîtresses ne trouvent pas toujours le mot idéal pour parler de Belem… néanmoins, pas de tristesse ni de rancœur ; il s’agit de décrire les choses telles quelles sont. De page en page, qu’il pleuve ou qu’il fasse froid, que les jouets soient cassés ou non, rien d’autre n’a d’importance que la complémentarité des êtres.

Une petite leçon de vie pour tous les âges, car chacun saura y trouver son bonheur : dans la poésie du texte - à la fois économique et précis pour dire le petit détail qui compte - ou dans celle des images épurées : le trait fin, jamais incisif, enrobe et souligne des formes aux motifs parfois autonomes et aux couleurs justes, ni trop pastel ni trop saturées.

Hélène Tallon-Nunez - LP Métiers de l'Edition

 

matachamoua