Le Chat de Mathilde

d'Emily Gravett

Kaléidoscope – 2012

Petite fille respectueuse du bien-être de son animal, Mathilde, revêtue de son costume de chat, cherche ce qui pourrait bien faire plaisir à son matou tigré. Jouer avec de la laine, faire du tricycle, prendre le thé, dessiner... elle essaye toutes sortes d'activités (qui lui conviennent surtout à elle), avant de les barrer de page en page suite aux réactions mitigées du chat. Le patient animal observe de loin, perplexe, ou bien s'effraie avec raison devant des situations trop brusques. L'activité la plus violente consiste en la lecture de l'histoire du soir, un livre signé Emily Gravett sur... les chiens ! Désabusé, Mathilde jette l'éponge et va se coucher. Le félin se blottit alors dans les bras de la petite fille : mais si, il aime au moins quelque chose (ou plutôt quelqu'un) !

Les deux personnages évoluent sur des fonds blancs, tout seuls dans leur univers que ne vient même pas perturber la typographie à l'effet crayon de papier. La petite fille est adorable dans son habit de chat, mais c'est surtout l'animal criant de vérité qui impressionne : tout y est, depuis les oreilles mobiles jusqu'au petit ventre du felix domesticus bien nourri. De fait, ses expressions humaines se fondent insensiblement avec le caractère du chat. Tendre, soigné, vrai, un petit album fort plaisant sur l'éternel thème de l'attachement...

Repéré et tout de suite aimé chez Marie ! Bon, Fantasia a un peu hésité un peu sur les rayures... avant de fondre elle aussi.

IMG_7232

IMG_7233

IMG_7235

IMG_7236