Une Place à prendre

De J.K. Rowling

Traduit de l’anglais par Pierre Demarty

Grasset – 2012 

Ma critique sera brève, mais je voulais dire deux mots de ce petit best-seller annoncé...

Il est gros : presque 700 pages. Il est voyant : rouge et jaune, à l’entrée de toutes les librairies et grandes surfaces culturelles. Il est cher : 24 euros.

Que raconte-t-il ? A Pagford, paisible bourgade anglaise, un élu local décède d’un accident cardio-vasculaire. L’événement met en émoi la petite communauté. Enfin, du moins celle des adultes installés, car les jeunes ont d’autres soucis, liés aux hormones galopantes ou plus tristement à des difficultés sociales. Toute ce petit monde se croise, s’entrecroise… C’est la vie telle que nous la connaissons.

J’étais curieuse, comme tout le monde, de lire une J.K. Rowling rompant d’une part avec son public jeune habituel, d’autre part avec le style fantastique qu’elle maîtrise sur le bout des doigts. Effectivement, nous sommes en plein réalisme, avec tout le sordide que cela comporte. J’ai aimé la façon toujours soignée, chaleureuse et habile, avec laquelle l’auteure plante ses personnages, et digresse sur chacun jusqu'à en faire presque un proche. Il ne s’agit pas d’un roman choral au sens strict du terme puisque qu’il n’y a qu’un seul narrateur - externe -, mais l’effet est un peu le même.

Les situations s’enchaînent les unes derrière les autres, s’arrêtant au bon moment pour n’être reprises qu’avec plus d’intérêt. Bref, la construction se révèle comme d’habitude à la fois simple et solide, captivant immanquablement le lecteur. Après, le contenu ne vous surprendra pas (beaucoup), ce qui n’a rien d’étonnant puisque nous sommes dans un réalisme social pur et dur. Il y a des crises de couple, des petits calculs ambitieux. Il y a des morts, des désespérés, et pas qu'un seul. Dans le genre, c’est un bon roman, mais peut-être pas inoubliable.

Au final, j’ai passé un très bon moment que je ne regrette en rien, mais je ne peux pas m’empêcher de me demander si je me serais lancée dans ce gros pavé s’il avait été anonyme…

IMG_7227