Charles prisonnier du cyclope

De Alex Cousseau

Illustré par Philippe-Henri Turin

Seuil jeunesse – 2012 

coeur délicat

Charles a déjà vécu un certain nombre d’années en sillonnant les cieux de par le monde, et il voudrait maintenant se trouver un ami. Un ami pour longtemps, pas comme cette bande de coccinelles éphémères qui lui font les yeux doux. Le grand nord – ses morses, ses Inuits chasseurs - ne lui semblant pas propice aux rencontres positives, Charles vole jusqu’en Italie. Et là, il tombe sur… un cyclope, l’original, celui de la mythologie antique. Le dragounet ne fait ni une ni deux et lui propose d’être son nouvel ami. Polyphème ricane et emprisonne notre héros dans sa grotte. A juste titre, Charles se méfie : « Chez les cyclopes (que rien ne stoppe), Ami = rôti (ou escalope) ». Devinez qui va venir alors sauver le petit téméraire ?

A-do-rable. Avec des illustrations époustouflantes par leur taille et leur précision, Charles est toujours aussi mignon, pataud sous ses cils bleus dans les yeux, encombré de ses grosses papattes et d’ailes taille xxl. Son physique craquant cache encore un cœur d’or : gentil de manière innée, il ne soupçonne pas le mal et a très peur d’en faire aux autres. Avec le cyclope, il rejouera plus ou moins l’épisode d’Ulysse, « je m’appelle personne » et troupeau de brebis compris. Cette idée de mêler une légende antique connue à un héros désormais bien identifié (et de nature lui-même mythique…) se révèle riche, on peut la lire au premier degré ou bien déclencher de plus amples explications avec les jeunes lecteurs. Mais ne pensons pas trop pédagogie : Charles vit au jour le jour, suivant ses instincts et ses sentiments généreux. Au fil de ses pensées, il nous livre des petites bribes poétiques de sa création, tandis qu’un narrateur externe le suit avec bienveillance et un zeste d’humour. Un album géant et génial, et une série en devenir qui montre qu’elle sait se renouveler.

IMG_7066

IMG_7076

IMG_7077

IMG_7078