Plan B pour l'été

d'Hélène Vignal

Rouergue – collection DoADo – avril 2012

Depuis six mois, Louise rêve de sa semaine estivale au camping de Bénodet avec son meilleur ami Théo. Mais patatras, sa mère est rappelée pour son travail et non seulement les rigolades sous la tente n'auront pas lieu (pauvre Théo qui se réjouissait de quitter un peu ses parents auxquels il ne peut pas avouer son homosexualité), mais Louise va devoir rester chez sa grand-mère Jamie, au milieu de ses rhododendrons, sa vie parfaite et ses huiles essentielles. Petit à petit ou brutalement, suivant son instinct du moment, Louise bouscule sa grand-mère, la débarrasse de vieilleries entassées dans ses armoires et lui fait avouer des bribes de son passé malheureux. Et elle parvient enfin à son but ultime : convaincre Jamie de remplacer sa mère au camping. En route pour Bénodet !

Le roman ne s'arrête pas là, ce serait même presque son commencement. Certes, toute la première partie comporte son lot d'émotions et de révélations, et grand-mère et petite-fille se réconcilient après quinze ans d'incompréhension. Louise mûrit, elle apprend à composer pour respecter les manies d'autrui, surtout lorsqu'elles sont ancrées dans le passé comme celles de Jamie (la Guerre d'Algérie a transformé son tout jeune mari, la condamnant à vingt ans de vie sans passion, puis à un veuvage précoce). Mais la deuxième partie, au camping, continue de surprendre. Il y a d'abord le fantasque et sensible Théo, que l'on adopte tout de suite et inconditionnellement. Il parvient à percer la seconde carapace de Jamie (surnommée par ses soins « Sa Jamijesté ») et on se régale de la mémorable soirée moules-frites. Il y a ensuite le secret fantastique avoué par la vieille dame à sa petite-fille, qui se découvre alors elle aussi des prédispositions. J'ai personnellement trouvé cet aspect de trop, cerise sur le gâteau qui le ferait presque s'écrouler si tout le reste ne sonnait pas aussi juste de tendresse et de drôlerie. Quant au final parmi les animaux du cirque, et bien... je n'ai pas trop su quoi en penser si ce n'est que – Fantasia ne dira pas le contraire – les animaux y confirmaient leur pouvoir apaisant et consolateur... Ecrit par Louise sur un ton tonique, Plan B pour l'été mêle habilement sentiments graves et trucs d'ados, tout en réservant une place de choix au phénomène délicat de la vieillesse. A découvrir.

IMG_6967