Plume

d'Isabelle Simler

Editions Courtes et Longues – mai 2012

 Le grand album énumère des volatiles divers, dessinés sur la page droite et un fond blanc à la manière d'une Janik Coat (mais plus détaillé), tandis que la page gauche présente un dessin quasi-naturaliste d'une ou plusieurs de leurs plumes. Il pourrait donc rester un bel imagier pour les petits, si... le chat ne s'en mêlait pas. On peut presque ne pas le voir, ce beau félin noir, tant son apparition est subtile. Cependant, à chaque fois, il est bien là et surveille l'oiseau : ombre sur le sol, filigrane derrière la roue du paon, queue ou moustache qui traîne dans un coin, simples empreintes. L'art d'Isabelle Simler est de l'intégrer au mieux dans la page en fonction de l'oiseau considéré ; par exemple, la queue aiguë du geai épouse une oreille pointue, et le rond dindon passe devant le dos courbe du matou. Et si on continue à observer attentivement, on se rend compte que l'oiseau fixe d'un œil inquiet ce chat qui vient le déranger. C'est très réfléchi, confondant d'habileté. A la fin, pris en flagrant délit, notre noir héros se rattrape comme il peut : il ferait une collection de plumes pour se confectionner un oreiller ! Le lecteur sourit et ne le croit pas une seconde, mais se sera enrichi d'une belle découverte de la nature, et d'une aventure graphique terriblement malicieuse. Les pages de garde proposent en bonus de nouvelles plumes. On ne sait pas si elles sont réalisées à la main ou par infographie : dans tous les cas, elles impressionnent par leur finesse...

 

IMG_6860

IMG_6861

IMG_6862

IMG_6864

IMG_6865

IMG_6866

 

challenge






19/20