Liber et Maud

De Nadia Marfaing

Ecole des Loisirs – collection Medium – janvier 2012 

Maud, seize ans, délurée et provocante, vient de perdre la vue dans un accident de mobylette. Liber, seize ans, grand gamin maladroit et sincère, veut aider Maud. Ses motivations ne sont pas très claires, même pour lui : aider une âme désespérée, coucher avec une fille ? Chaque jour, Liber invente une nouvelle activité destinée à réintégrer Maud – il refuse d’admettre sa cécité : ping-pong, piscine, cinéma, etc. Ces deux-là se cherchent, se disputent, s’apprivoisent…

Avec un regard de narrateur externe, Nadia Marfaing décortique une relation… amoureuse, on peut dire le mot, dans ce qu’elle a d’égoïste : chacun y cherche son compte, et ça ne marchera pas sans concessions de part et d’autre. Entre Liber tourné vers la vie et Maud tentée par la mort, les ajustements seront longs et nécessaires. N’empêche que le premier pas vient de l’énergique Liber, sans qui rien n’aurait été possible. Osant des exercices délicats voire de mauvais goût (mémorable scène au cinéma), il redonne envers et contre tout une féminité à l’handicapée qu’est devenue Maud, et lui ôte finalement de la tête son projet destructeur. Perdue, mal dans sa peau, la jeune fille est d’autant plus touchante que vue essentiellement à travers les yeux de son amoureux éperdu. Il ne comprend pas grand chose, en tout cas moins que le lecteur qui devine ce qui se passe dans la tête de l'aveugle. Valse de deux papillons juste éclos, Liber et Maud sonne juste par son écriture simple et franche : un miraculeux premier roman intimiste. L'auteure, professeure d'histoire, envisage une suite...

IMG_6498

Jolie couverture de Rascal