Les enquêtes de Vipérine Maltais : la voix du diable

de Sylvie Brien 

Gallimard jeunesse – Hors Piste – janvier 2010

La voix du diable est le quatrième volume des aventures de Vipérine Maltais, collégienne de 14 ans et enquêtrice hors pair. Octobre 1920, Vipérine vit et étudie à Montréal, au couvent Sainte Catherine dirigé par sa grande tante Sainte Ignace, religieuse aimante et comme elle férue d'aventure. Cette nouvelle enquête emmène les deux congénères dans la ville de Quebec qu’elles sillonnent en motocyclette et side-car à la recherche d’indices qui leur permettront d’élucider la mort mystérieuse du journaliste Honorius Sarfato. Pas un enfant de cœur ce Sarfato, et dans son entourage nombreux sont ceux qui avait des raisons de lui en vouloir : chaque chapitre est l'occasion de découvrir un nouveau suspect.

Pour le dénouement, un peu comme dans un roman d'Agatha Christie, tous les suspects sont réunis et confrontés aux conclusions des deux enquêtrices. Le style est simple et fluide, il y a du rythme, beaucoup d'humour, et un brin de féminisme. Le vocabulaire est riche, tout en restant très accessible et adapté au lectorat visé (11-12 ans). Le bémol : les situations s'enchaînent parfois de manière assez naïve et les ficelles sont ne pas toujours bien tirées. J’ai personnellement été déçu par le dénouement. On pourrait s’attendre à ce que les conclusions soient le fruit d’un subtil assemblage des indices recueillis par Vipérine et sa tante au cours de leur enquête. Si c’est en partie le cas, un certain nombre d’éléments, que nous n’aurions pu découvrir ou suspecter, viennent s’ajouter à la toute fin du récit. Cela à pour effet de mettre en lumière les quelques défauts de construction de l'intrigue. On reste un peu sur notre faim. Dommage, car on se laisse quand même bien embarquer dans l’histoire, et la lecture est assez plaisante.

voix diable

 

Gael Zobda (LP Edition - IUT Paris Descartes)

 

Fantasia à l'Université