La Jeune Fille, le Diable et le moulin

D’Olivier Py

L’Ecole des Loisirs – collection Théâtre – 1995

5,80 euros

 

En échange de la richesse, un homme promet au Diable ce qui se trouve derrière son moulin. Las, sa fille unique y était au moment du pacte. Mais le Diable se lasse vite de sa conquête et la belle se retrouve sur la route, les mains coupées. Contre toute attente, un prince l’épouse. Contrarié par ce bonheur, le Diable va alors chercher à se venger sur leur enfant.

Structure de conte de fées et fin heureuse, langage aux émotions comme assourdies, répliques courtes, essentielles, personnages typés (royaux) et artifices connus, la pièce ne bouleverse pas, ni dans sa forme, ni dans son propos. Comme le dit le jardinier : « Chaque chose est à sa place. Le Prince à la guerre, le jardinier dans son jardin et la Princesse dans l’attente. ». Le second degré guette… A sa façon d’épure presque sèche, dans ses détails symboliques (les mains d’argent, le spectacle des deux squelettes), le texte fait mouche à chaque étape et atteint un rang de classique aux interprétations multiples.

Une excellente introduction au théâtre pour la jeunesse contemporain, une valeur sûre et forte qui joue de sa limpidité.

Olivier Py est un dramaturge et metteur en scène français. Touche-à-tout, il est aussi comédien et réalisateur.

jf diable

 

Extrait :

La jeune fille :

Sans secours, sans réconfort aucun, sans espoir et sans but. Sur ma tête, une rangée de nuages sales. Entre mes pieds, un entrelacs de ronces sèches et le froid. Je ne suis jamais venue ici. Personne ne me connaît. Je vais chanter la vieille complainte. Aucun son ne sort de ma bouche. Ma chanson aussi m'a abandonnée. La nuit hésite necore à s'abattre sur moi. Que reste-t-il ? Rien, alors j'écoute.

 

TJeunesse

 

 

 

 

 

En partenariat avec Emmyne