Olimpita

De Hernan Migoya

Illustré par Joan Marin

Sarbacane – septembre 2011

17,50 euros

Barcelone, aujourd’hui.

Olimpita tient une poissonnerie avec son mari. C’est une femme battue qui, comme tant d’autres, ne parvient pas à se dépêtrer de sa situation.

Ass arrive du Ghana dans l’espoir d’envoyer un peu d’argent à sa famille restée en Afrique. Mais sans papiers, il manque de tout et ne peut prétendre à rien.

Olimpita offre un morceau de poisson à Ass.

D’un noir et blanc sobre, dans des cases découpées sur un large fond blanc, ce roman graphique de 150 pages traite donc de deux sujets âpres : la violence domestique, l’immigration. Et puis il parle aussi, graine d’espoir dans un monde cruel, de la solidarité. Voire de l’amour… 

Même si l’histoire est passionnée, passionnante, l’ouvrage flirte avec le genre documentaire – quitte à faire passer au second plan la créativité esthétique. Il s’ancre dans la vie d’un quartier populaire, microcosme d’une société faite de vagues migratoires successives qui cohabitent bon gré mal gré. Olimpita est une « brave femme », Ass un chercheur d’Eldorado. C’est réaliste, c’est triste avec quelques éclairs de bonheur, c’est nous. 

Récompensés en Espagne, les auteurs d’Olimpita donnent une nouvelle fois la preuve que la bande dessinée est un vecteur puissant des problématiques contemporaines. Dur mais nécessaire !

Couv olimpita

Olimp AOlimpita

Olimp BAss