Les Seigneurs de la rue

De Magali Herbert

Bayard jeunesse – collection Bayard poche – juin 2011

(première parution sous le titre Le Rat dans la collection Millézime en 2004)

5,90 euros

 

smileys_coeur

 

Roman bref mais marquant, Les Seigneurs de la rue raconte la rencontre, au fond d’une ruelle, de Paulo, SDF de 45 ans, et du « roi des rats ». Tous les deux sont décidés à rester sur place. Après un moment de confrontation, ils finissent par s’apprivoiser.

 

Avec un sujet difficile et rarement traité – la clochardisation -, Magali Herbert, dont c’était le premier roman pour la jeunesse, montre beaucoup de sensibilité. Elle n’évite pas les réalités matérielles de la vie dans la rue (alcoolisme, propreté…), mais ne s’attarde pas non plus sur elles. Elle nous montre la détresse morale de Paulo, dont celui-ci a d’ailleurs à peine conscience. Entre rappels d’une famille perdue et errances ponctuelles dans les foyers d’accueils, le héros choisit de s’étourdir de vin et de solitude afin de ne pas penser à demain…

 

Faisant tour à tour évoluer le rat et l’homme par le biais d’un narrateur externe, l’auteur décrit leur lente réunion. Le rat aide Paulo à garder ses souvenirs, sa dignité d’humain, tandis que le clochard nourrit et protège l’animal. Très fort, le roman finit sur une note saisissante : « Ca vit combien de temps, un clodo ? Trois ans ? Cinq ? – C’est plus qu’il nous en faut. ». Fin, pudique, absolument pas moralisateur : indispensable dès 11 ans environ.

 

seigneurs rue