J'me sens pas belle

De Gilles Abier

Actes Sud junior – collection Romans ado – mai 2011

11 euros

Sabine se trouve laide, et donc pas aimable. Lorsqu’Ajmal s'intéresse à elle, elle pense d'abord rêver. Puis flotte sur un petit nuage de bonheur. Mais voilà : le jeune homme est sans-papiers, sans travail, et n'a pas vraiment de domicile. Folle amoureuse, Sabine le prend sous son aile ; elle casse la tirelire réservée à sa future rhinoplastie afin d’aménager un petit nid douillet.

Ah ah ! J'avoue, méfiante de nature, j'ai tout de suite imaginé Sabine victime d'un mariage blanc. Mais non, Ajmal a des sentiments sincères pour la narratrice. Bien sûr, l'histoire générera (à son tiers environ) un autre drame prévisible : l'arrestation d'Ajmal, certainement dénoncé. Je ne vous dirai pas comment cette incarcération se termine. Ni surtout son origine, source de fausses pistes, et qui fait toute la saveur et la force du roman. Au fil de cette lecture sans concessions, le lecteur apprend les détails de procédures administratives complexes, de celles qu'on entend et qu'on oublie aux informations : une plongée cruelle dans la réalité de milliers de personnes, qui remet bien les pendules à l'heure. Mais Gilles Abier ne se contente pas d'un roman d’actualité et se consacre aussi à l’intime. Son héroïne se révèle une jeune fille profondément complexée et ses monologues sur le physique et la sexualité sont peut-être courts, mais torturés. Tout le talent de l'auteur tient dans sa capacité à mêler les deux aspects – social et adolescent – au sein-même de l'économie de l'intrigue. A la dernière page, on ne plaint plus Ajmal le « prince persan » (p. 31), mais bel et bien Sabine... A lire d’urgence !

L'avis de Gaëlle : merci du conseil !

pas belle abier

« J'ai du mal à intégrer toutes ces informations, ainsi que leurs implications. Je me sens désarmée, impuissante, noyée dans ce jargon administratif qui n'a qu'un objectif : virer du territoire français l'homme de ma vie. » (p. 81)