Kevin Crossley-Holland est l’auteur de la série Arthur (Hachette), qui plonge le lecteur dans un Moyen-Age d’aventures et de bravoure. La filiation avec les Vikings a du se faire plus ou moins naturellement… d’autant plus que ce recueil a été publié dans une version adulte en même temps qu'Arthur. Même adapté à la littérature jeunesse, il en garde une écriture soignée, complexe, forte, presque poétique. La traduction est également excellente : « Hiver se décourageait. Chaque jour, les étalons Arvak et Alsvid tractaient un peu plus haut le char du Soleil à travers le ciel, et la neige refluait doucement des plaines et des vallées de Midgard. De petites chorales d'oiseaux faisaient entendre leur chant et Odin, Loki et Honir étaient impatients de repartir explorer les neuf mondes. » (. 145).

 

De quoi s’agit-il ? Aucun appareil critique ne nous aide vraiment à comprendre la façon dont les « hommes du Nord » appréhendaient le monde. Certes, un petit plan et un répertoire des personnages servent de guide. Mais on découvre essentiellement cet univers de dieux guerriers à travers les légendes elles-mêmes. Le déroulé des récits se veut sans doute plus ou moins chronologique, de la création du monde à la « dernière bataille », prélude à une nouvelle ère, humaine. Entre temps, les dieux se seront querellés, auront gagné des trophées, affronté des géants, etc, etc. Tout comme les dieux grecs ou romains, ils sont finalement très proches de nous dans leurs comportements, si ce n’est que la moindre de leurs actions a des conséquences planétaires.

 

J’ai apprécié que les légendes ne soient pas édulcorées, à la fois dans leur violence et dans leur complexité. Le personnage de Loki, surnommé le Changeur d’apparence ou le Truqueur, fait par exemple frémir de bassesse et de méchanceté maligne. Et puis, il ne nous est pas caché que « Odin, Vili et Ve chargèrent sur leurs épaules le corps sans vie du géant de glace, et le transportèrent au milieu de Ginnungagap. C’est là que, se servant de son cadavre, ils créèrent le monde. Ils sculptèrent la Terre dans sa chair ; ceux de ses os qui étaient restés intacts leur servirent à faire les montagnes : avec ses dents, ses mâchoires et les fragments de ses os brisés, ils firent les rochers, les pierres et les cailloux. » (p. 16). De même, « Les fils de Bor se servirent aussi de la cervelle d’Ymir ; ils la lancèrent en l’air pour en faire toutes sortes de nuages. » (p. 17). Well…

Un recueil très instructif, donc, à l’écriture très solide tout en restant accessible dès 10/11 ans.

 

La Bataille de Thor et autres légendes vikings

De Kevin Crossley-Holland

Traduit de l’anglais par Philippe Morgaut

Gallimard jeunesse – mars 2011

6,10 euros

 

thor

 

 

Un Thor hollywoodien, de Kenneth Branagh (2011).

Quand même, Fantasia préfère l'original au bellâtre. Enfin bon...

 

thor2